Le E-commerce Français gagne 1 millions d'acheteurs en ce deuxième semestre 2020.

Le e-commerce représente 41 millions d'acheteurs pour le semestre (2) 2020.

Le E-commerce a toujours été en progression depuis ses débuts. En effet, celui-ci croit chaque année partout dans le monde. Les actualités de ces derniers mois n’ont pas empêcher le e-commerce de se développer davantage, puisque celui-ci est une alternative ou un complément au commerce traditionnel en point de vente. 
Le commerce en ligne croît désormais en France depuis quelques années. Il était arrivé à 40 millions d’acheteurs pour le second semestre 2019 et passe désormais la barre des 41 millions pour ce second semestre 2020. 

41 millions d'Internautes ont achetés.

Un millions d’acheteurs en plus, ce qui donne au e-commerce une portée de plus en plus importante en France. Ayant eu comparativement au semestre passé 2,5% d’augmentation. 
Ces 2,5% d’augmentation peuvent s’expliquer par les habitudes des internautes qui ont été prises durant le confinement, mais nous verrons que ces habitudes s’ancre petit à petit. 

Source : Observatoire Médiamétrie.

Cette augmentation est cependant segmentée.

  •  71 % des commandes ont été effectuées sur des sites d’enseignes disposant aussi de points de vente physique (boutiques). Montre l’analyse Médiamétrie. 

Ces chiffres montrent que la population Française reste très attachée à la possibilité de se rendre dans point de vente physique. Ainsi, elle peut percevoir cela comme un gage de confiance dans le produit vendu ou une sécurité/confort supplémentaire. Cependant, l’étude montre que 68% des acheteurs sont favorables aux sites de e-commerce de commerce de proximité ou de centre-ville. 
Les sondés vont même plus loin puisqu’ils estiment qu’un site de regroupement de commerçant locaux serait utile. Afin de pouvoir commander divers produits sur le même site ou même plateforme digitale. Ce qui peut drastiquement faire baisser les coûts pour chacun des commerçant en mettant en commun le partage des frais lié à la mise en place de la solution de e-commerce. 

Cependant, on constate tout de même une reprise de la réception de commande en boutique (click and collect) ou de la réception des commandes directement en point relais, en cette période d’après confinement. 

Intéressons nous de plus près à une enquête menés en Août auprès de cyber acteurs.

Une enquête a été menée par la FEVAD auprès de cyber acteurs. Cette enquête extrêmement intéressante, donne un aperçu des habitudes que la population gardera. Les résultats montre que la moitié des sondés garderont l’habitude de commander activement sur Internet. 

Parlons des Magasins!

Cette même enquête de la FEVAD montre que les acheteurs privilégient largement les boutiques en ligne disposant de magasins physique. Même si ces points de vente ont réouvert, les français garderont très probablement l’habitude prise de commander directement sur Internet. En retrouvant les marques et enseignes correspondantes à leurs habitudes et critères de confiance vis à vis de celles-ci. 

Un quart des cyber acheteurs a déclaré avoir commandé plus durant le confinement.

Ce type de sondage montre une tendance interessante puisque qu’un quart des acheteurs ont déclarés avoir passer plus de commande durant le confinement qu’en période normale. 

En globalité 68% des personnes étudiés, déclare avoir commandé plus ou pareil que d’habitude, 24% déclarent avoir commandé plus que d’habitude sur des sites en ligne. 
Depuis la réouverture des commerces, la moitié affirme continuer sur la même lancée en commandant dès lors aliments et produits de grande consommation directement sur les sites commerciaux des enseignes.

Les critères de l'acheteur français.

Cette appétence pour le commerce en ligne ne traduit pas la un désintéressement des magasins physiques. En somme, les résultats montre plus que la population le vit comme une complémentarité à ceux-ci. 
Ainsi, le e-commerce participe activement à une diversification notable des canaux d’achats. Permettant au client de choisir de commander et d’acheter par tel ou tel biais, selon sa propre situation ou envie.